LE MESSAGE DE 1888

Le temps de l'épreuve est arrivé pour nous, car le Grand Cri du troisième ange a déjà commencé dans la révélation de la justice de Christ, le Rédempteur qui pardonne les péchés. C'est le commencement de la lumière de l'ange dont la gloire remplira toute la terre (RH, 22/11/1892).

La main qui soutient les mondes dans l'espace, qui maintient dans un ordre parfait, dans une activité incessante toutes choses à travers l'univers est celle de Jésus cloué pour nous sur la croix... Il ne peut suffire de croire dans la loi et dans la puissance, dans des choses qui n'éprouvent aucun sentiment de compassion, qui n'entendent jamais les appels au secours. Nous avons besoin d'un bras puissant qui nous soutienne, d'un ami parfait qui ait pitié de nous. Nous avons besoin de serrer une main chaleureuse, de nous confier en un cœur plein de tendresse. Et Dieu dans sa Parole se révèle tel. (Éducation, pp. 149, 150).